L’hôpital Lowell Amos

Accueil » Hôpital » L’hôpital Lowell Amos

L’hôpital Lowell Amos.

Juillet 2018. Nous frottons nos chausses souillées par nos reptations endiablées et ensablées. Derrières nous grillages, murets, et autres clôtures vaincus. La bâtisse imposante est l’une des dernières encore érigé de ce chantier ravageur de réhabilitation.

Des pièces administratives, lumineuses mais terriblement vides s’enchaînent. Tables étêtées, portants nus et inclassables armoires de classement sont les derniers stigmates de ces services. Aux étages les chambres débarrassées de tout mobilier consolide si nécessaire l’état létal de l’hôpital.

Nous gagnons ensuite la chapelle, et du même coup la partie de cache-cache engagée avec l’argousin des lieux. Une sœur médicale nous introduit à la contemplation d’un christ au fond azur, dernier témoin du sombrage de la peautre qui l’héberge.

Nous nous dirigeons vers le dernier étage de l’hôpital. Nous ne le savons pas encore mais chaque marche de monter tend à remonter d’autant la marche du temps. Sur le palier, ne pas se laisser démonter et surmonter sa peur à la lueur de tant de chambres dantesques au temps suspendu. Plutarque raisonne à nos oreilles : « La médecine fait mourir plus longtemps ».

La visite des sous-sols sombres et chaotiques, nous mène aux salles d’archives. Des centaines de bobines d’imageries et de dossiers médicaux nominatifs y sont encore entreposés en toute insolence du secret médical.

Bonne visite…

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Amazing. Almost a year later and those 2 tea cups are still in the same position! 🙂

Laisser un commentaire