Le cimetière des fous

Accueil » Cimetière » Le cimetière des fous

Le cimetière des fous.

Septembre 2018, sur cette petite butte, loin de la ville, des centaines de croix de bois sans nom ni date. Le cimetière des fous, ancien champs de repos d’un asile psychiatrique disparu.

L’emplacement de cet établissement, en pleine forêt, répondait à une nécessité de protéger les malheureux d’un voyeurisme malsain. Quant au cimetière, le choix fut fait de le concevoir à l’intérieur de la propriété, pour préserver la population de la vision du transport des pauvres âmes décédées à travers la ville, suivies par quelques-uns de leurs compagnons d’infortune, résidents de l’asile.

Par la suite, une épidémie de choléra sera à l’origine de l’arrivée massive de nouveaux malheureux dans leur dernière demeure. Quelques tombes du personnel soignant inhumé au côté de leurs patients témoignent de cette funeste période.

Se trouver au milieu de ces sépultures anonymes d’un autre siècle, au sein de ce cimetière paysager malgré lui, entouré de plusieurs centaines de croix, est une expérience à la fois émouvante et poignante. « Il y a quelque chose de plus fort que la mort, c’est la présence des absents, dans la mémoire des vivants. » – J. d’O.

Menacé par des travaux d’urbanisation, à l’heure où vous lisez ces lignes, le cimetière des fous n’est peut-être déjà plus. Force est de constater, qu’ici la mémoire des vivants n’est plus…

5 commentaires Ajouter un commentaire

  1. seuls les fous avaient une croix en bois. Une infirmière a visiblement uns stèle de pierre.

    1. UrbexLibris dit :

      Bien vu ! C est tout à fait le cas. Le personnel de l’ établissement inhumé dans le cimetière avait de vraies stèles à leur nom.

    2. il suffit de quelques recherches et d’être curieux. Merci

    3. UrbexLibris dit :

      Pour paraphrase Claude Lelouch qui parlait du cinéma : l’Urbex est fait pour tous ceux dont la curiosité est le plus grand défaut.

Laisser un commentaire