L’aérodrome Ader

Accueil » Cimetière » L’aérodrome Ader

L’aérodrome Ader (ou Andréas Lubitz, Ailes de l’enfer, Base 52).

Janvier 2019, portes béantes, grillages à terre ou méticuleusement défoncés, l’accès à l’aérodrome, ouvert aux quatre vents se fait sans aucune difficulté, entre Algeco-lorés et flore hivernale.

Sous le blizzard, et à la vue de tous, nous traversons plusieurs centaines de mètres d’une toundra exogène, avant que nous apparaissent à l’horizon ceux pour qui notre quête nous a amenés sur ce tarmac givré : Trois avions, dignes héritiers des premiers engins volants conçus par celui qui leur donna leur nom, le trop oublié Clément Ader.

Ces anges ailés militarisés et cloués au sol gardent toute leur majestuosité, admirables dans leur agonie. C’est un plaisir de gamin en culottes courtes que de se glisser dans leurs entrailles, et de s’imaginer être tour à tour dans la peau d’un pilote, d’un parachutiste, d’un mécanicien…

Si Guillaume Apollinaire lui dédia un poème aux multiples mélioratifs, nous ne pouvions pas faire moins que de rendre à notre tour un certain hommage à cet ingénieur de génie que fut Clément Ader. C’est donc avec tout le plus grand sérieux qui nous est cher, que nous avons pris la décision de proposer un nouveau nom pour ces pistes à biroutes : L’aérodrome Ader !

Vers l’infini et au-delà.

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Nicolas dit :

    Bonjour,
    L’exploration de ce lieu m’intéresse, mais je ne trouve aucune information concernant sa localisation, serait-il possible d’avoir des coordonnées GPS ?

    1. UrbexLibris dit :

      Bonjour Nicolas, et merci pour l’intérêt que tu portes à ce lieu.
      Nus ne pouvons cependant pas répondre positivement à ta requête.
      Nous ne divulguons aucune adresse de nos visites.
      Bonne journée.

Laisser un commentaire